Au fil de l’actualité

Syrie : «Les chrétiens ne peuvent que redouter une intervention»

Article paru dans le le Luxemburger Wort, le 30 aout 2013

Article paru dans le Article paru dans le le Luxemburger Wort, le 30 aout 2013

Haytham Manna est une figure importante de l’opposition non armée syrienne. Vivant en exil, il est responsable du Comité de coordination nationale pour le changement démocratique (CCCND). Il s’oppose à l’intervention étrangère en Syrie et soupçonne que l’attaque chimique, réelle, est une manipulation.
Lire l’article en PDF

«Ce résultat est une gifle dans la figure» – Les islamistes revendiquent la tête du prochain gouvernement en Tunisie

Article paru dans le Luxemburger Wort du 27 octobre 2011 sur le déroulement des élections en Tunisie

«Ce résultat est une gifle dans la figure», reconnaît non sans humilité, une femme, directrice d’une agence de communication, «on peut vouloir l’éviter, on peut le dénoncer, mais cela ne changera pas fondamentalement les choses. Ces élections dévoilent une radiographie de la Tunisie contemporaine, que cela plaise ou non». L’attitude de cette femme qui de toute évidence n’a pas voté pour le parti islamiste Ennahda tranche par son…

Lire l’article en PDF

Premières élections libres en Tunisie : le parti islamiste en tête «C’est cela la démocratie»

Article paru dans le Luxemburger Wort du 25 octobre 2011 sur le déroulement des élections en Tunisie

Dans les rues de la Kasbah de Tunis, on a le sourire aux lèvres. Dans l’opposition «progressiste», l’angoisse monte. Mais les Tunisiens veulent accepter le verdict des urnes. Par souci démocratique.
En ce lundi, lendemain des élections, les marchands de la Kasbah de Tunis ont le sourire aux lèvres. Leur disponibilité avenante, leurs…

Lire l’article en PDF

Les Tunisiens ont répondu «présent»

Article paru dans le Luxemburger Wort du 24 octobre 2011 sur le déroulement des élections en Tunisie

Les Tunisiens ont  répondu «présent»

Les Tunisiens ont répondu «présent » au rendez-vous de ces premières élections démocratiques dans l’histoire du pays. Mais une ombre planait: l’ère d’une nouvelle hégémonie, celle du parti islamiste, va-t-elle débuter?
La longueur de la file des électeurs du bureau de vote de la rue de Marseille, au centre de Tunis résume instantanément l’information principale de la journée. Les Tunisiens ont répondu «présent» au deuxième acte de leur Révolution…

Lire l’article en PDF

Cap démocratie : Après la révolution, un saut dans l’inconnu

Article paru dans le Luxemburger Wort du 22 octobre 2011 sur le déroulement des élections en Tunisie

Quelque 55 affiches occupent entièrement le mur adjacent de la principale circonscription de la ville de Tunis. Des visages, des slogans, des signes partisans qui se télescopent, – la densité de ce qui semble s’y exprimer, donne un instant le tournis. Devant ce panneau qui pourrait dans d’autres lieux, être vu comme une oeuvre d’art, un homme semble comme pétrifié. La bouche ouverte, les yeux sidérés, il regarde longuement cet ensemble hétéroclite, muet et manifestement déconcerté.

Lire l’article en PDF

Un scrutin historique dimanche en Tunisie : Entre espoir et tâtonnements

Article paru dans le Luxemburger Wort du 21 octobre 2011 sur le déroulement des élections en Tunisie

Un scrutin historique dimanche en Tunisie : Entre espoir et tâtonnements

Les Tunisiens voteront ce dimanche pour l’élection de l’Assemblée constituante qui devra jeter les bases de leur nouvel Etat. Le parti islamiste Ennahda devrait sortir vainqueur, mais ne pourra agir seul. Les élections tunisiennes qui se tiendront ce dimanche 23 octobre auront un retentissement symbolique unique dans le monde arabe.
Les quelque quatre millions d’électeurs qui glisseront leur bulletin…

Lire l’article en PDF

Naitre et mourir esclave en Mauritanie, Luxemburger Wort, 01 Décembre 2007

La Mauritanie est le dernier pays au monde à avoir aboli l’esclavage en 1981. Dans la pratique, des milliers de Mauritaniens continuent cependant de vivre sous le statut d’esclave de naissance: ils appartiennent à un maître de même que leurs enfants, ils peuvent être achetés, prêtés ou vendus et ne sont propriétaires d’aucun bien, pas même ceux qu’ils ont acquis durant leur vie d’esclave.

Il ne s’agit pas de personnes vivant dans des ‘conditions’ d’esclaves, mais d’esclaves de statut que seul un acte d’affranchissement accordé par le maître peut libérer. Reportage.

1 2 3