Quand sur la place Tahrir, on croyait à la Révolution : Le désir de liberté et de justice

Alaa El Aswany rend vie à ceux qui croyaient au changement.
Dans J’ai couru vers le Nil, le célèbre auteur Alaa El Aswany raconte les premières semaines de la Révolution place Tahrir en Egypte, à travers une dizaine de protagonistes. Il rend hommage à ceux qui ont voulu être libres et égaux, avant de disparaître sous le fracas des armes et la puissance des intérêts géostratégiques. Un livre pour conjurer la fatalité.

Article paru dans le n°2603 du Luxemburger Wort le 24 janvier 2019
Lire l’article en PDF

Les pleurs des Aleppins

La chute d’Alep marque aussi la fin d’une bataille médiatique où l’information n’a cessé de côtoyer la désinformation. La situation de la deuxième ville syrienne est plus contrastée que les images que nous en avons reçues.

Article paru dans le n°46 du magazine Dimanche du 25 décembre 2016
Lire l’article en PDF

Une immense frustration sexuelle à la base des violences de Cologne

La gare de Cologne le soir du 31 décembre. © Belga
La gare de Cologne le soir du 31 décembre. © Belga

Les événements de Cologne rappellent la violence sur la place Tahrir au Caire. C’est le reflet d’une frustration sexuelle qui hante le monde arabe. Avec la montée du wahhabisme saoudien et l’absence de perspectives économiques, les jeunes gens n’ont plus accès aux femmes de leur pays.

Article publié sur le site internet Le Vif le 11 janvier 2016. Lire l’article sur www.levif.be

Meccahattan…

meccathanArabie saoudite La doctrine wahhabite prône la destruction du patrimoine islamique par haine de l’idolâtrie. Visant désormais le tombeau du Prophète, elle poursuit la transformation des lieux saints en un vaste parc immobilier. Personne n’ose protester.

Lire l’article en PDF

1 2